COLOMBANI Anouk, L’Après violence. La réconciliation nationale après les violences. Arguments pour la déconciliance, 400 p., Coll. La philosophie en commun, L’Harmattan

 

Anouk COLOMBANI
L’APRÈS VIOLENCE. LA RÉCONCILIATION NATIONALE APRÈS LES VIOLENCES. Arguments pour la déconciliance
Collection La philosophie en commun, L’Harmattan, 2002

Est-il possible pour une nation de se réconcilier ? La mort de Mandela en 2013 a conduit à un recueillement mondial. Les ennemis d’hier se sont réunis autour de son mythe, mais sans adhérer à ses actions : célébrer Mandela, c’est chercher à en tirer profit. Une ère de réconciliations a commencé. Les processus sont canalisés et enclos dans la tradition libérale : elle se présente comme le chantre de la paix et du bonheur. Pourtant le monde n’aurait jamais été si violent. Cette contradiction aurait dû disqualifier le libéralisme. Cet ouvrage interroge donc les réussites et les échecs de ces réconciliations. Il apparaît que la paix et la conciliation ne sont possibles qu’au prix du conflit et de la confrontation. De l’Afrique du Sud à l’Algérie, il s’agit de réconcilier en déconciliant.

Anouk Colombani est docteure en philosophie de l’université de Saint-Denis où elle a enseigné et publié des articles sur les questions de stratégies politiques et de mémoire populaire.

  • Date de publication : 17 septembre 2020
  • Broché - format : 15,5 x 24 cm
  • 400 pages
  • ISBN : 978-2-343-20580-9
  • EAN13 : 9782343205809
  • EAN PDF : 9782140157813

Sur le site de l’éditeur