Ricardo VISCARDI, Université de La República

Ricardo VISCARDI est Professeur à l’Instituto de Filosofía, Facultad de Humanidades y Ciencias de la Educación de l’UDeLaR / Universidad de la República / Uruguay.

Contact : rgviscardi@gmail.com

À la suite d’études de Philosophie à l’Université Paris X, il soutient en 1984 sa thèse de doctorat à l’École Pratique des Hautes Études - Collège de France sur "Le discours de l’universel dans la pensée de l’indépendance latino-américaine et José Artigas" (directeur G. Labica) puis en 2009 une Habilitation à Diriger des Recherches dans les Universités Paris 8 et La República (Uruguay). Ses recherches portent centralement sur la transformation de la médiation et les conflits entre transmission et tradition. Il dirige le site Internet : Universidades en Cyberdemocracia.
L’orientation de ses travaux situent la philosophie de la communication dans trois contextes théoriques principaux : a) la tradition herméneutique médiévale et sa lecture historique ; b) la théorie de la communication développée par l’essor de l’anthropologie philosophique et linguistique depuis le XVIIIe siècle (Condillac, Herder, Humboldt) ; c) la question de la théorie de la connaissance qui s’est développée dans la suite du tournant linguistique à partir de l’anthropologie structurale (Levi-Strauss) et de la philosophie du langage naturel (Wittgenstein) et qui a suscité une intersection entre éthique et épistémologie de la théorie de la communication. Cette intersection a été abordée par les principaux courants des années 1970 et 1980, en particulier par le post-structuralisme (Deleuze, Derrida, Foucault), les derniers représentants de l’École de Francfort (Appel, Habermas) et les auteurs post-analytiques (Rorty, Taylor, Davidson). Par le biais de ces courants des réponses déterminées ont été apportées à la question de la communication dans la perspective de l’énonciation en contexte intersubjectif. De façon plus radicale des auteurs postmodernes (Vattimo, Baudrillard) comprennent la communication comme condition de possibilité de la mise en place et du déroulement du proces social. La problématique technologique actuelle défait la détermination anthropologique de la médiation et déplace la centralité attribuée à la communication sociale de masse mise en question par les caractéristiques du lien à distance recourant aux télé-technologies. Le lien interactif rendu possible par ces dernières renverse la relation de subordination entre la virtualité et la réalité naturelle comme caractérisant en propre l’expérience artefactuelle. Sur la base d’avancées proposées par le travail posdoctoral “Individuación enonciativa y crisis de la mediación” (2009) les recherches prennent pour thème la question de la contingence en contexte interactif virtuel. Il s’agit d’interroger le lien entre forme et nécessité comme conditiondont procède l’interactivité (artefactualité). La condition artificielle suppose un dessein d’intégration symbolique propre à la tradition métaphysique. S’analyse en ce sens la crise de relation entre décision et nécessité pour autant que l’interaction virtuelle n’acquiert pas de signification symbolique, ni ne mène à une décision, mais fait surgir une individuation de la médiation artificielle. Cette individuation acquiert également une signficiation critique en rapport avec la notion de "condition symbolique" (comprenant ses ancrages anthropologiques), pour autant que la relation supposée ne possède pas de fondement dans une structure de rapports (rituels, institutionnels, subjectifs, etc.) mais relève d’une modification relative au contexte à partir d’une implémentation artificielle de la médiation. De ce fait l’activité s’incorpore à la médiation par l’effet d’une efficacité relative à la communauté mais par implantation idiosyncratique (et par là contingente) de la forme nécessaire de la médiation synbolique (l’artefact). La stratégie d’investigation prend appui sur la constitution d’un groupe spécifique de recherche et sur le développement d’orientations interdisciplinaires (théorie de l’université, communication technologique) ainsi que sur le développement de programmes internationaux (Département de philosophie de Paris 8 et Instituto Germani de l’Université de Buenos-Aires).

Publications récentes :
VISCARDI, R. : Libertad y discontinuidad. Ibero Gutiérrez y la cuestión del sí mismo. Mutatis Mutandis, p. : 1 - 16, 2016
VISCARDI, R. : Los pintores de Foucault. Revista Latinoamericana del Colegio Internacional de Filosofía, p. : 65 - 81, 2016