Appel à communications. Les lendemains du Transcendantal : Critiques et actualité

Conférence des jeunes chercheur·e·s du CRMEP 2021
Les lendemains du Transcendantal : Critiques et actualité
4 juin 2021

Appel à communications
Date limite : 26 mars 2021

Après sa formulation initiale dans la Critique de la raison pure, le concept de transcendantal transmigre, comme une sorte d’âme, dans la tradition de la "philosophie européenne", dont il peut être compris qu’il inaugure un chapitre moderne. Les critiques du concept de la signature de Kant ont été, semble-t-il, plus chaudes dans la presse que la Critique elle-même (la première revue de J.G. Hamman commence deux mois auparavant) et elles se sont poursuivies, presque sans relâche, depuis lors. 
Malgré ou peut-être à cause de sa réception sans cesse critique, l’idée de transcendance a continué à agir comme centre de gravité pour les différentes traditions qui relèvent de la discipline de la "philosophie européenne moderne". Néanmoins, il a été récemment suggéré que la relation toujours tendue, et de plus en plus souterraine, de la philosophie européenne avec le transcendantal pourrait enfin prendre fin. De telles affirmations entraînent un réexamen critique de ce concept, de ses contextes et de leurs horizons. À la lumière de sa disparition tant vantée, cette itération 2021 de la conférence des diplômés de CRMEP pose la question suivante : à quelle fin ?

La conférence des diplômés se tiendra au Centre de recherche en philosophie européenne moderne de l’Université de Kingston à Londres le vendredi 4 juin 2021. Nous espérons organiser l’événement physiquement, mais la décision finale à ce sujet sera prise à Pâques 2021.

Orateurs principaux :
Howard Caygill (CRMEP, Université de Kingston) : auteur de Force and Understanding : Writings on Philosophy and Resistance (2020) ; Kafka : in Light of the Accident (2017) et ; rien de moins, A Kant Dictionary (1995). Howard a beaucoup écrit sur de nombreux aspects de la philosophie de Kant, ainsi que sur la philosophie de l’art, l’esthétique et la philosophie politique. Il travaille actuellement sur l’idée d’une esthétique planétaire.
Antonia Birnbaum (Université Paris 8) : auteur de L’égalité radicale : Jacques Rancière et au-delà (2018) et ; Bonheur justice, Walter Benjamin : le détour grec (2009). Antonia travaille à travers les traditions de la philosophie française et allemande, en traduisant récemment en français les conférences de Theodor Adorno sur l’esthétique ; Cours sur l’esthétique 1958/1959 (2019). Le titre futur de la conférence d’Antonia est : Adorno à côté de lui-même.

Nous invitons les étudiants en doctorat et les chercheurs en début de carrière (de toute discipline) à proposer des communications de vingt minutes qui problématisent le concept de transcendantal, dans un nombre quelconque de ses instanciations ; ou sa critique, y compris la possibilité de son abandon. Parmi les sujets/questions possibles, on peut citer :

  • La mesure dans laquelle la philosophie se conçoit comme la pratique consistant à découvrir une sorte de "commencement", d’"origine" ou de "condition" ; cela introduit-il nécessairement une certaine téléologie dans la pensée philosophique ?
  • Comment ce registre conceptuel apparemment intemporel a-t-il évolué au fil du temps ? Si la conception contemporaine du transcendantal est - dans l’ensemble - qu’elle est elle-même historique et/ou changeante, et donc pas, traditionnellement parlant, "transcendantale", alors quel est le statut de ce concept aujourd’hui ?
  • Que signifierait l’abandon du transcendantal, comme le voudrait Quentin Meillassoux ?
  • La relation entre le transcendantal et la théorisation du changement climatique comme forme de transcendance (ou idée constitutive) dans, par exemple, les travaux d’Isabelle Stengers et de Bruno Latour.
  • L’historicisation du transcendantal dans les travaux de Michel Foucault et Karl Marx, par exemple.
  • L’intersubjectivité et/ou l’intercorporéité du transcendantal tel que développé dans les travaux de, par exemple, Edmund Husserl, Maurice Merleau-Ponty, et, plus récemment, les intersections entre la philosophie, la biologie et les sciences cognitives.
  • Généalogies du concept de transcendantal (y compris la préhistoire médiévale de ce terme)
  • La question des conditions matérielles qui sous-tendent l’émergence de ce concept dans la philosophie de Kant : l’histoire européenne, l’histoire du colonialisme et la conceptualisation de la race.
  • L’œuvre d’art comme structure transcendantale ; la critique d’art comme critique transcendantale.

Les résumés de moins de 300 mots doivent être envoyés à l’adresse suivante :
transcendentalcrmep@gmail.com avant le 26 mars 2021.

 


 

CRMEP Graduate Conference 2021
Afterlives of the Transcendental : Critiques and Actuality
4th June 2021

Call for Abstracts
Deadline : 26th March 2021
 
After its initial formulation in the Critique of Pure Reason, the concept of the transcendental transmigrates, like some sort of soul, into the tradition of “European philosophy”, whose modern chapter it can be understood to inaugurate. Criticisms of Kant’s signature concept were, it seems, hotter off the press than the Critique itself (J.G. Hamman’s first review commences two months prior) and they have continued, almost unabated, ever since.
Despite or perhaps because of its ceaselessly critical reception, the idea of the transcendental has continued to act as a centre of gravity for the various traditions which fall within the discipline of “modern European Philosophy”. Nevertheless, it has been recently suggested that European philosophy’s perennially tense, and increasingly subterranean, relationship with the transcendental may finally be at an end. Such claims occasion a critical re-examination of this concept, its contexts, and their horizons. In light of its vaunted demise, this 2021 iteration of the CRMEP graduate conference asks : to what end ?
 
The graduate conference will take place at the Centre for Research in Modern European Philosophy at Kingston University in London on Friday 4th June, 2021. We are hoping to hold the event physically, but the final decision on this will be made in Easter 2021.
 
Keynote speakers :
Howard Caygill (CRMEP, Kingston University) : author of Force and Understanding : Writings on Philosophy and Resistance (2020) ; Kafka : in Light of the Accident (2017) and ; no less, A Kant Dictionary (1995). Howard has written extensively on many aspects of Kant’s philosophy, as well as on the philosophy of art, aesthetics and political philosophy. He is currently working on the idea of planetary aesthetics.
Antonia Birnbaum (Université Paris 8) : author of L’égalité radicale : Jacques Rancière et au-delà (2018) and ; Bonheur justice, Walter Benjamin : le détour grec (2009). Antonia works across the traditions of French and German philosophy, recently translating Theodor Adorno’s lectures on aesthetics into French ; Cours sur l’esthétique 1958/1959 (2019). The prospective title of Antonia’s talk is : Adorno Beside Himself.
 
We invite proposals for twenty-minute papers from doctoral students and early career researchers (of any discipline) that problematise the concept of the transcendental, in any number of its instantiations ; or its critique, including the possibility of its relinquishment. Possible topics/questions include :
 
  • The extent to which philosophy conceives itself as the practice of uncovering some kind of ‘beginning’, ‘origin’ or ‘condition’ ; does this necessarily introduce a certain teleology into philosophical thinking ?
  • How has this ostensibly timeless conceptual register fared over time ? If the contemporary conception of the transcendental is – by and large – that it is itself historical and/or changeable, and thus not, traditionally speaking, “transcendental”, then what is the status of this concept today ?
  • What would it mean to relinquish the transcendental, as Quentin Meillassoux would have us do ?
  • The relation between the transcendental and the theorisation of climate change as a form of transcendence (or constitutive idea) in, e.g., Isabelle Stengers and Bruno Latour’s work.
  • The historicisation of the transcendental in, e.g., the work of Michel Foucault and Karl Marx.
  • The intersubjectivity and/or intercorporeity of the transcendental as developed in the works of, e.g., Edmund Husserl, Maurice Merleau-Ponty, and, more recently, intersections between philosophy, biology and the cognitive sciences.
  • Genealogies of the concept of the transcendental (including this term’s medieval prehistory)
  • The question of the material conditions which subtend the emergence of this concept in Kant’s philosophy : European history, the history of colonialism, and the conceptualisation of race.
  • The artwork as a transcendental structure ; art-criticism as transcendental critique.
Abstracts of under 300 words should be sent to :
transcendentalcrmep@gmail.com by the 26th March 2021.