Loreline COURRET

Discipline : Philosophie

Sujet de thèse : De Blanchot à Deleuze et Guattari, la pensée en tension. Pour une théorie intensive de la littérature

Année de soutenance de la thèse : 2022

Contact : lorelinecourret@yahoo.fr

 


 

Loreline Courret a rédigé une thèse de philosophie intitulée De Blanchot à Deleuze et Guattari, la pensée en tension. Pour une théorie intensive de la littérature entre l’Université de Paris 8 et l’Université de Lille 3 sous la direction de Guillaume Sibertin Blanc et Philippe Sabot (Année d’inscription en thèse : 2015), soutenue en 2022.

Résumé de la thèse : Cette thèse porte sur l’anthropologie littéraire de Gilles Deleuze et de Félix Guattari. Elle en suit l’élaboration au moyen d’un fil conducteur donné dans L’Anti-Œdipe : « la littérature est tout comme la schizophrénie, un processus non pas un but, une production non pas une expression ». S’installant dans la synthèse anthropologique contemporaine de l’œuvre littéraire et de la folie (Blanchot, Foucault), Deleuze et Guattari construisent à travers une série de contrastes cliniques, linguistiques ou géographiques, une méthode d’évaluation des modes d’existence, interrogeant les pratiques engagées par la production et la consommation de récits, de textes ou de mythes. Cette anthropologie de la littérature dépasse le cadre d’une analyse des représentations, et se présente comme une enquête sur les formations littéraires de l’inconscient. Le point nodal de cette anthropologie, qu’est la catégorie d’agencement, permet de développer trois axes d’un problème littéraire deleuzien : une discussion des présupposés anthropologiques de la psychanalyse, par le prisme des usages psychanalytiques et philosophiques du littéraire, la théorisation d’une valeur auto-analytique de l’écriture, et enfin, une géographie littéraire, soulignant l’intériorité des modes d’existence à des écritures littéraires qui les spatialisent. Attentive à la lettre deleuzo-guattarienne, cette recherche porte également sur les corpus littéraires que Deleuze et Guattari ont lus, et vise à en expliciter l’insistance contrastive : « écritures perverses/écriture schizophrénique », « littérature névrotique/littérature schizophrénique », « littérature mineure/littérature majeure », « littérature de guerre/littérature d’État », « littérature anglo-américaine/littérature française ».

Champs de recherche :

  • Deleuze et Guattari, clinique et littérature, littérature et politique,
  • Roman francophone du XX° ; Sony Labou Tansi, Pierre Guyotat
  • Philosophie & littérature. Anthropologie de la littérature
  • Épistémologie et histoire du structuralisme, linguistique, théorie de l’énonciation

Publications

  • « Grammaire générale », « Procédé », « La Grande Etrangère », in Dictionnaire Foucault, sous la dir. de Fabrice de Salies, Robert Laffont. A paraître.
  • « Kafka, pour une littérature mineure », « Fonction-K », « Louis Wolfson », in Dictionnaire Deleuze, sous la dir. de Dorian Astor, Robert Laffont. À paraître.
  • « Avoir l’État au ventre. Propositions pour une micropolitique sonyenne », in Études littéraires Africaines, Metz. Décembre 2020.
  • « Bakhtine-Vološinov. L’apport de la linguistique soviétique à la schizo-analyse », in META : Research in Hermeneutics, Phenomenology, and Practical Philosophy, 2019, Iasi, Roumanie ? « Existe t-il une philosophie marxiste du langage ? ». Sous la dir. de Evgeny Blinov et de Oleg Bernaz. A paraître

 Interventions & Séminaires

  • «  Signes familiaux & Signes d’État : anthropologie et littérature du ventre à partir de Machin la hernie de Sony Labou Tansi », séminaire dirigé par Guillaume Sibertin-Blanc et Quentin Mur, « Les Anthropologies de l’Anti-Œdipe : africaines, amazoniennes, mélanésiennes », le 10 décembre 2018, à l’Université Paris 8 – Saint Denis.
  • « Renverser la carte : la contre-poétique d’Édouard Glissant », Journée d’études internationale « Perdre le Nord : Territoires, subjectivation et épistémologies dans le Sud Global », organisée par Lucia Belloro et Anabel Aguera, le 13 octobre 2018 à l’Université Paris 8 – Saint Denis, en partenariat avec L’institut des Amériques, IEHAL-CREDA.
  • « Avoir l’État au ventre : une lecture politico-clinique de Machin la Hernie de Sony Labou Tansi », « Littérature(s) et culture(s) du/des Sud(s) : nouvelles perspectives », Journées Doctorales, 20 et 21 avril 2018 à l’Université de Lorraine (Metz).
  • « Hermann Melville : essai de lecture décoloniale ». « Penser les décolonisations », du laboratoire ERRaPhiS de l’Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès et le Centre de Philosophie du Droit (CPDR) de l’Université catholique de Louvain ; Journée d’études « Les philosophies autres », 25 octobre 2017.
  • « Pierre Guyotat : schizophréniser la littérature », 9° Congrès annuel de la Société Internationale de Psychanalyse et de Philosophie, New School for Social Research, New York, novembre 2016.
  • Séminaire doctoral de l’équipe ERRAPHIS, animé par Guillaume Sibertin-Blanc ; intervention « Signe intensif et théorie intensive de la langue » ; intervention « Foucault, Deleuze : les procédés » (2015-2017)
  • Séminaire « Emma c’est nous », organisé par Anne Coignard (ERRAPHIS° et Létitia Mouze (ERRAPHIS)/ « Noirceur de Jean-Patrick Manchette », 19 décembre 2014, intervention dans le cadre du séminaire « Emma, c’est nous », organisé par Anne Coignard et Létitia Mouze (EA ERRAPHIS). « La lettre mécréante : réflexion sur l’illisible dans la Route des Flandres de Claude Simon », 9 janvier 2014.
  • 2013-2014 : Création de la revue Kénose, avec A. Berafta et G. Molin ; membre du comité éditorial de la revue.

 Organisations scientifiques

  • Membre depuis 2016 de la Société Internationale de Psychanalyse et de Philosophie (ISPP)
  • Co-organisation de la journée d’études du séminaire « Emma, c’est nous », avec Anne Coignard et Létitia Mouze, invité : Philippe Sabot, 10 mars 2017 : « Littérature, expérience, éthique » et « Typologie des lectures philosophiques ».

Télécharger CV complet

Loreline COURRET