Mario DONOSO GÓMEZ

Discipline : Philosophie

Titre de la thèse : Spinoza et le problème de l’altérité

Année de soutenance de la thèse : 2022

Contact : mdonosogom@gmail.com

 


 

Résumé de la thèse : Certains courants philosophiques de la fin du XXème siècle ont vu dans le spinozisme une disparition de l’altérité, voir un « altéricide ». Deleuze, par exemple, associe ce qu’il appelle « l’autruicide » au spinozisme ; d’autres comme Levinas, Benny Levy ou Jean-Luc Marion, d’une manière ou d’une autre, associent la philosophie de Spinoza à l’absence de la place d’autrui ou à sa disparition. Y-a-t-il réellement une dénégation de l’altérité dans la philosophie de Spinoza ?
La figure d’autrui n’est pas absente de la philosophie de Spinoza ; au contraire, elle articule les processus éthiques, politiques et religieux. Dans le processus éthique, autrui est une figuré clé pour penser les notions communes ; de même dans la politique, où l’union qui donne lieu à un corps politique passe forcément par la figure d’autrui. En ce qui concerne la religion spinoziste, elle peut être résumée par la formule biblique qui ordonne d’aimer autrui comme soi-même.
Chez Spinoza, la figure d’autrui ne peut être séparée du concept de similitude. Apparu à propos de l’imitation, autrui est défini comme « chose semblable à nous ». Or que veut dire « semblable » ? Il y a chez les commentateurs un vif débat entre deux conceptions opposées : d’une part ceux qui considèrent la similitude comme naturelle, liée à la nature humaine, et d’autre part ceux qui considèrent que la similitude est imaginaire. Chaque lecture de la similitude comporte une conception différente de l’altérité : les frontières de l’altérité sont-elles fixes, comme celles de la nature, ou mobiles, poreuses, aléatoires même, comme les mécanismes de l’imaginaire ? La question n’est pas tranchée par Spinoza, qui semble affirmer les deux thèses opposées, l’une dans Éthique III 27, l’autre dans Éthique III 27 démonstration.
Derrière les catégories de « nature » et « imagination », la question de l’altérité laisse voir d’autres enjeux. La ressemblance d’autrui est-elle donnée, déduite donc d’une nature humaine fixée et bien délimitée, ou est-elle produite par des mécanismes de nature diverse, comme les mécanismes imaginaires, la projection ou l’identification, mais aussi par des pratiques collectives s’ouvrant sur une conception performative de la similitude, une ressemblance en devenir ? Il existe donc une tension entre deux conceptions : d’une part une conception que nous appelons « constative » selon laquelle la similitude est donnée dans le cadre de la nature humaine ; d’autre part, une conception performative considérant que les dynamiques de transformation dépendent non seulement de l’imaginaire mais aussi d’une nature prête au changement qui nous permet de parler de « devenir autre ». Tout en soulignant ces deux dimensions, le propos de cette thèse est d’analyser le rapport à l’altérité comme une tension entre ces deux positions, tension qui, sans pouvoir être résolue, articule de manière problématique toute la philosophie spinoziste. M. D.

I. Formation

  • Université Complutense de Madrid — Licenciatura en philosophie, Madrid 2007-2012
  • Université Paris 8 — Master Recherche « Philosophie et critiques contemporaines de la culture », Paris 2013-2015
  • CAPES — préparation et obtention du CAPES externe d’espagnol, Paris 2016
  • Université Paris 8 — Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie. Doctorat sous la direction de Charles Ramond. Titre de la thèse « Spinoza et le problème de l’altérité », Paris 2017-2022

II. Expérience professionnelle

  • Bénéficiaire d’une bourse du programme de coopération universitaire et scientifique pour le développement de l’Université Complutense, Ambato (Equateur) juillet-août 2012
  • Professeur certifié d’espagnol— Collège Maximilien de Robespierre, 1 rue Claude Bernard Goussainville, Goussainville, 2016-2017
  • Stage de recherche à la bibliothèque de l’Universidad de Castilla la Mancha, 2019
  • Chargé de cours, Paris 8, 2018-2019

III. Activités d’organisation

  • Co-organisateur du séminaire Spinoza à Paris 8 2018-2020

IV. Interventions scientifiques (sélection)

  • « L’imitation enfantine chez Spinoza » intervention dans le colloque L’Enfance sous l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles) Représentations et postures éducatives. Créteil, 9-10 novembre de 2016. Organisé par Audy-Trottier, Andréane et Chiron, Jeanne.
  • "El otro convertido en robot : repensar la alteridad". Intervention dans le colloque : XIX Congreso de la Sociedad de Filosofía de Castilla la Mancha SFCM. Filosofía y mundo actual : temas y autores. Ciudad Real (Espagne), février, 2018.
  • « Le rôle des affects imitatifs dans la production des notions communes ». Intervention dans le colloque : Spinoza : Desiring and Knowing : Bodies, Cognition and Power. Montréal (Canada), Juin, 2018.
  • « L’image du colonise aux limites de la philosophie : la rencontre de Spinoza ». Intervention dans le colloque : À la rencontre de l’autre sous l’ancien régime : pouvoir, traditions et constructions identitaires. Québec (Canada), Juin, 2018.
  • "El uso político del milagro en la creación del Estado Hebreo". Communication dans le colloque : Encrucijadas de la multitud : discusiones contemporáneas de lo político en Spinoza. México (Mexique), Mai, 2019.

V. Publications

Télécharger CV complet