Jean-Jacques CADET, ENS Port-au-Prince, Université d’État d’Haïti

Jean-Jacques Cadet, docteur de l’Université Paris 8 (2019), enseigne la philosophie à l’École Normale Supérieure d’Haïti. Il a été lauréat de la bourse postdoctorale proposée par LADIREP « Langages, Discours et Représentations », laboratoire attaché à la Faculté d’Ethnologie de l’Université d’État d’Haïti. Actuellement, il travaille sur les recours des marxistes caribéens à l’anthropologie dans le cadre de l’élaboration de leurs pensées de l’émancipation.

Thèmes de recherche : Philosophie sociale, Pensées marxistes, Études postcoloniales.

Contact : cadet.jeanjacques@yahoo.fr

Résumé de la thèse : Notre recherche doctorale démontre l’orientation anticolonialiste de la pensée marxiste haïtienne en s’appuyant sur ses deux principales sources : la négritude et la théorie de la dépendance. Cette orientation s’inscrit dans les luttes intellectuelles des haïtiens du XIXème siècle (Hannibal Price, Joseph Anténor Firmin et Louis-Joseph Janvier) contre l’Occident raciste. Notre objectif consiste à expliquer l’appropriation haïtienne du concept d’aliénation élaborée dans une confrontation avec la tradition philosophique européenne, tout en réinvestissant la question coloniale. L’étude des discours des marxistes haïtiens du milieu du XXème siècle (Étienne Charlier, Jacques Stephen Alexis, René Depestre, Gérard Pierre-Charles, Michel Hector et Yves Montas) révèle un écart avec l’épistémologie occidentale marquée par un certain eurocentrisme. En relisant les approches des « marxistes occidentaux » (Henri Lefebvre, les penseurs de l’École de Francfort et Louis Althusser), les penseurs marxistes haïtiens élaborent un nouveau concept d’aliénation ancré dans l’histoire de l’oppression coloniale et soutiennent la nature dépendante de la formation sociale haïtienne. L’enjeu est de saisir les limites de la conceptualisation haïtienne du marxisme face à une certaine tradition européenne dominante refoulant la question coloniale. Les tensions existant entre cette pensée marxiste haïtienne et les deux courants anticolonialistes (la négritude et la théorie de la dépendance) signalent un malaise théorique lié au projet de rupture avec les productions occidentales. Ce qui revient à conclure que cette orientation anticolonialiste de cette pensée reste prise dans l’ornière de la rationalité moderne et, ainsi, n’arrive pas à penser sa décolonialité.

Publications et activités scientifiques :

  • Publication d’article : Travail aliéné chez Karl Marx : un sujet « désobjectivé » dans des processus d’objectivation, Archives ouvertes de l’Université Paris 8, 2014.
  • Membre de l’équipe organisatrice du séminaire mensuel Dialogues philosophiques qui se tient à la Maison de l’Amérique latine.
  • Publication d’article : Le marxisme de Jacques Roumain, journal Le Grand soir, 15 juin 2015.
  • Publication d’article : Le marxisme en Haïti. 03 septembre 2015, revue Contretemps.
  • Publication au Canada du livre collectif « Le devoir d’insoumission » (PUL, sous la direction de Roberson Edouard et Fritz Calixte. Ma contribution est : Le nationalisme de classe chez Jacques, transition vers le marxisme.
  • Publication de compte-rendu : Hartmut Rosa, aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive. Revue Interrogations, no 22, juin 2016.
  • Publication de compte-rendu : Comment définir le marxisme ?, revue Sens Public, 22 décembre 2016.
  • Préface du livre de Wilson Dolcin, Dialogue avec l’université, Paris, édilivre, 2017.
  • Colloque international Penser l’émancipation, septembtre 2017, Université Paris 8. Intervenant et modérateur. Contribution à l’organisation. .
  • Co-organisateur d’une journée d’étude sur Haiti intitulée Production de savoirs dans les sociétés anciennement colonisées : le cas d’Haiti, 1 décembre 2017, Université Paris 8.
  • Publication d’article : Jacques Roumain, Jean-Price Mars et le marxisme en Haiti. Institue Mauritiu Forward, Janvier 2018.
  • Publication d’article : Viejo, un roman prolétaire d’occupation., Revue « Legs et Littérature », Identités, races et couleurs, no 11, juin 2018. 
  • Co-organisateur du colloque Democratie, mondialisation, peuple : vers quelles dynamiques et expérienes des acteurs dans les sociétés du Sud ?, IHEAL, juillet 2018.
  • Co-fondateur du réseau international de doctorants « Perdre le Nord », affilié au LLCP de l’université Paris 8, aout 2018.
  • Co-organisateur de la journée internationale d’étude Perdre le nord : territoires, subjectivations et épistemologies dans le sud global, 13 octobre 2018, Université Paris 8. Ma communication : Jacques Stephen alexis et sa théorie d’élargissement constant du marxisme. 
  • Publication d’article : Jacques Roumain et la traduction du marxisme, Revue latino-américaine du Collège internationale de la philosophie, décembre 2018, « les marxismes latino-américains ».
  • Co-organisateur du colloque international « La littérature haïtienne dans la Caraïbe », Université Paris 8, 28-29 novembre 2019.
  • Ouvrage : Le marxisme haïtien : marxisme et anticolonialisme en Haïti, Collection "Amériques", Paris, Editions Delga, 2020

Expériences professionnelles :

2020-2021

  • Enseignant à l’ENS de Port-au-Prince (Université d’État d’Haïti)

2019-2020

  • Post-doctorat au Laboratoire LADIREP « langages, discours et représentations » (UEH)
  • Enseignant de philosophie au Lycée Sainte Marie (Académie de Créteil)
  • Journaliste pigiste au Monde Diplomatique
  • Conférencier pour la Mairie de Suresnes (Coopération Cap-haitien/Suresnes)

2018-2019

  • Assistant d’éducation (Académie de Créteil)

2014-2018

  • Tuteur à l’Université Paris 8 (Saint-Denis)

2013-2016

  • Journaliste à l’Humanité (France)

2010-2011

  • Enseignant de philosophie au Collège Vision de l’Excellence (Haiti)

Télécharger CV complet