Juan José MARTÍNEZ OLGUÍN, Universités de Buenos Aires et de San Martin, CONICET

Après des études en sociologie à l’Université de Buenos Aires, Juan José Martínez Olguín soutient sa thèse de doctorat en Philosophie à l’Université Paris VIII et en Sciences Sociales à l’Université de Buenos Aires en 2017.

Actuellement chercheur postdoctoral du CONICET (CNRS argentin) et du Centre d’Études Politiques de l’Université Nationale de San Martin, il enseigne aussi depuis 2015 à l’Université de Buenos Aires.

Son travail de recherche essaie déconstruire les principes logocentriques de la philosophie politique, en essayant de décrire le rapport entre écriture et politique, et la dimension émancipatrice de la pratique d’écrire. Sur ce sujet, il a écrit deux livres : « Politique de l’écriture », paru chez l’Harmattan, et « El parpadeo de la política. Ensayo sobre el gesto y la escritura » (sous presse).

Contact : jjmartinezolguin@gmail.com

 

Résumé de la thèse :

C’est à la critique de la métaphysique de la toute-présence de la parousia que se consacre cette thèse, dont l’horizon est une Politique de l’écriture (ou de la sensibilité).
Dans l’histoire de la philosophie politique le rapport entre écriture et politique est mal construit et cette obscurité masque ainsi le véritable pouvoir de l’écriture, qui est d’être une ontologie, une inscription dans l’être.
La métaphysique instituait, depuis Platon et Aristote, un sujet qui parle, et qui se tient, immobile, sous l’emprise de la phoné, sous la domination de ceux dont le logos accède à l’absolu. Mais selon notre hypothèse ce sujet s’efface devant le geste qui écrit, et peu importe que les traces graphiques soient confiées à un manuscrit ou à la mémoire, car elles se constituent en un texte fondamental qui est le sujet en devenir.
Une politique de l’écriture sera ainsi une pratique concrète de l’émancipation par l’acte d’écrire. Elle consiste à se tenir au bord de la totalité du monde, dans cette solitude qui engendre le désespoir, mais qui se dissipe d’elle-même dans le recommencement du geste qu’autorise la lecture et qui se nomme réécriture. Dans ce travail nous essayions, enfin, de donner un aperçu du pouvoir de l’écriture, comme force de résistance contre ce qui nous uniformise.

 

Publications et communications principales

Ouvrages scientifiques en nom propre :

  • Politique de l’écriture, Paris, L’Harmattan, 2018. ISBN 978-2-343-15183-0.
  • El parpadeo de la política. Ensayo sobre el gesto y la escritura. Buenos Aires, Miño y Dávila. (En presse).

Chapitres dans des ouvrages scientifiques collectifs :

  • « Qu’est-ce qu’apprendre à écrire ? Éthique, éducation et écriture », Elena K. Théodoropoulou, Didier Moreau, Christiane Gohier (éds.), Éthique en Éducation. Dépistages et clairières philosophiques. Rhodes, Laboratoire de Recherche en Philosophie Pratique et Appliquée, 2018. ISBN 978-618-81027-4-3.

Articles de revues à comité de lecture :

  • « Écriture et éducation : enjeux philosophiques et pédagogiques », Revue Rue Descartes, Collège International de Philosophie (CIPH), Paris, numéro 95, 2019/1. ISSN 1144-0821.
  • « Le zoon politikon, l’espace public et la proximité de la parole. Sur le logocentrisme de la philosophie politique », Philosophia. Revista de Filosofía, v. 78, n° 1, Mendoza (Argentine), 2018, pp. 33 – 59. ISSN : 2313-9528.
  • « La comunidad de la escritura : el diálogo Blanchot – Nancy », Anacronismo e irrupción. Revista de Teoría y Filosofía Política Clásica y Moderna, v. 7, n° 13, Buenos Aires, 2017, p. 173-188. ISSN 2250-4982
  • « La potencia de un encuentro. Creencia e igualdad en la filosofía de Jacques Rancière », Anacronismo e irrupción. Revista de Teoría y Filosofía Política Clásica y Moderna, v. 3, n° 5, Buenos Aires, 2014. ISSN 2250-4982
  • « El régimen representativo del arte en el cine : una aproximación a la eficacia política del cine », Imagofagia. Revista de la Asociación Argentina de Estudios de Cine y Audiovisual, n° 7, Buenos Aires, 2013. ISSN 1852-9550.

 

1. Communications scientifiques (Journées d’études et Colloques) :

  • « Devenir Autre : l’écriture comme geste éthique », 1ère Biennale de Philosophie Pratique, Rhodes, Laboratoire de Recherche de Philosophie Pratique et Appliquée, Université d’Egée, avril 2018.
  • « Comunidad, política y escritura en la filosofía de Maurice Blanchot y Jean-Luc Nancy », II Congreso Latinoamericano de Teoría Social y Teoría Política, Buenos Aires, Instituto de Investigaciones Gino Germani, UBA, aout 2017.
  • « Apprendre à écrire : éducation, écriture et politique », 4to. Congreso Latinoamericano de Filosofía de la Educación, Asociación Latinoamericana de Filosofía de la Educación, Buenos Aires, Université de San Martin, octobre 2017.
  • « La democracia y la metáfora del tort. Sobre la hipótesis ética de la emancipación », XI Congreso Nacional y IV Congreso Internacional sobre Democracia, Faculté des Sciences Politiques, Université Nationale de Rosario, Rosario (Argentine), septembre, 2014.
  • « Le travail sur soi. Éthique, politique, émancipation », Journées des doctorants de Paris VIII, École Doctorale Pratiques et théories du sens, Université Paris 8, Paris, juin 2014.
  • « La rupture émancipatrice, puissance d’une rencontre », Les temps de la rupture, Université Paris 8 et Université Paris 7, Paris, janvier 2014.

 

Télécharger CV complet

CV Juan José MARTÍNEZ OLGUÍN