Colloque international. Écritures et mises en récits des sociétés postcoloniales. Penser l’état présent et ses pathologies. 23-25.10.2017

Maison de la Recherche 31 rue Babiole, Pacot,
PORT-AU-PRINCE (Haïti)

 

 

Écritures et mises en récits des sociétés postcoloniales.
Penser l’état présent et ses pathologies.

 

Colloque internantional organisé par le Centre d’Études et de Recherches Critiques (CERC), en partenariat avec la Revue d’études décoloniales (RED), le groupe de travail Pensamiento crítico y decolonizador caribeno/ CLACSO, avec l’appui du programme Initiative d’Excellence en Formations Innovantes IDEFI-CréaTIC et le LLCP.

Coordination : Adler CAMILUS, Edelyn DORISMOND, Francklin BENJAMIN

 

PROGRAMME

 

Lundi 23 octobre

16h : Adler CAMILUS, Ouverture

16h40 : Conférence plénière

Stéphane DOUAILLER (Département de Philosophie de l’Université Paris 8), La surrationalité et la littérature. Usages possibles de cette opposition dans l’approche de corpus postcoloniaux.

 

Mardi 24 octobre

10h-12h : Littérature et critique du colonial. Séance présidée par Neptune Prince.

  • Thomas AUGAIS (post-doctorant au FNS Fonds national suisse de la recherche scientifique), Jean Métellus : un poète-médecin face à la pathologie coloniale
  • Sarah ASSIDI (doctorante à l’Université Laval), La mise en scène du colonial chez Raphaël Confiant : panser la pathologie par la satire sociale.
  • Friedemann PESTEL (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg, Allemagne), Dévoiler le baron de Vastey : profils historiques d’un précurseur supposé.

 

 

13h-15h : Littérature et postcolonial. Séance présidée par Jean-Waddimir Gustinvil.

  • Sylvie BRODZIAK (Université de Cergy-Pontoise), Héros au présent et fantômes du Vieux Pays dans l’œuvre de Léonora Miano.
  • Nathalie BATRAVILLE (Postdoctorante, Dartmouth College, US), « Au-delà de l’État : Trames anarchiques dans la littérature haïtienne sous les Duvalier »
  • Orazio IRRERA (Université Paris 8 et Collège international de philosophie), La matérialité de la culture et la conscience géographique chez Edward Said.

 

 

16h : Conférence plénière

Françoise SIMASOTCHI-BRONÈS (Département de Littérature de l’Université Paris 8), Pathologies postcoloniales : poétiques de la blès, vicariances de la littérature.

 

Mercredi 25 octobre

10h-12h : Histoire, mémoire et critique du colonial. Séance présidée par Wilguens Régis.

  • Jean-Jacques CADET (Doctorant Université Paris 8), Marxisme et études postcoloniales : Critique de l’eurocentrisme.
  • Jerry MICHEL (Doctorant Université Paris 8), La mémoire de l’esclavage dans les habitations coloniales en Haïti : Enjeux d’hier à aujourd’hui
  • Benjamin FRANCKLIN (Université d’Etat d’Haïti/ Université Quisqueya), Essai de reconstitution d’une narration d’Haïti dans l’œuvre de L.J. Janvier

 

 

13h-15h : Qu’est-ce qui vient après le (post)colonial ? Violence du post-colonial et pathologies du présent. Séance présidée par Odonel Pierre Louis.

  • Jean-Waddimir GUSTINVIL (Ecole Normale Supérieure / Université d’État d’Haïti), Dictature et communauté politique en Haïti : Les liens de citoyenneté et la bête souveraine.
  • Edelyn DORISMOND (Collège international de Philosophie / Université d’État d’Haïti), Est-il possible de sortir du discours colonial ?
  • Adler CAMILUS (Université d’État d’Haïti), Proposition d’acolonialité : comment penser et réécrire le présent ?

 

 

16h-18h : Les implications épistémologiques de la Révolution haïtienne de 1804. Table-ronde coordonnée par Benjamin FRANKLIN.

Avec :

  • Laennec HURBON  (CNRS),
  • Michel HECTOR (Université d’Etat d’Haïti),
  • Friedemann PESTEL (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg, Allemagne)