Les Ateliers de la pensée de Dakar 30.10-02.11.2019

Les Ateliers de la pensée de Dakar : Basculement des mondes et pratiques de dévulnérabilisation
3ème édition
Du 30 octobre au 2 novembre 2019
Musée de Civilisations noires et Raw Material Company
Avec la participation de Nadia Yala Kisukidi (LLCP-Paris 8)

 

La troisième édition des Ateliers de la pensée de Dakar est prévue du 30 octobre au 2 novembre sur le thème « Basculement des mondes et pratiques de dévulnérabilisation ». Les sessions se dérouleront au Musée de Civilisations noires et au Raw Material Company. Un concert de la musicienne malienne Rokia Traoré, à l’Institut français, et une présentation théâtrale en plein air au cinéma Empire de la Médina, par le metteur en scène burkinabè Etienne Minoungou figurent au programme à côté de panels qui réuniront des intervenants (chercheurs, écrivains, artistes…) de divers horizons.

 

 

Dans la note de présentation de cette édition 2019, les initiateurs des Ateliers, Achille Mbembé et Felwine Sarr – qui parlent d’une ‘’nouvelle partition de la planète’’ – indiquent que le moment se situe « dans la continuité des précédentes sessions dont l’objectif était de tracer de nouveaux chemins dans la pensée et dans la pratique, et de scruter le présent et le futur de notre monde à partir de l’Afrique ».

« A l’échelle de la planète, un nouveau cycle de redistribution du pouvoir, des ressources et de la valeur se met en place et se consolide. Une autre partition du monde s’esquisse, en même temps que se dessinent d’autres géographies de la Terre », écrivent-ils, soulignant que si ce cycle suscite l’espoir d’approfondir les possibilités de vie et d’agir de nombreux groupes humains, « il n’en demeure pas moins qu’à peu près partout, il entraine des télescopages, une redistribution inégalitaire de la vulnérabilité et de nouveaux et ruineux compromis avec des formes de violences aussi futuristes qu’archaïques. »

En Afrique et dans d’autres régions du globe, l’extraction à outrance des ressources naturelles non renouvelables s’intensifie, avec des effets destructeurs pour les peuples, la biodiversité et la sauvegarde du système-Terre. Au Nord comme au Sud, beaucoup trop de groupes humains ou de classes de populations sont victimes de formes insidieuses d’abandon. Laissés sans protection et de plus en plus exposés à des risques accrus, ils font l’expérience de multiples vulnérabilités.

L’un des deux volets de cette édition des Ateliers concerne les ‘’pratiques de dévulnérabilisation » ». Pour cet axe, « il s’agira d’explorer ces formes de remédiation, les ressources et énergies vitales nichées dans la longue mémoire des sociétés qu’elles mobilisent, les langages dans lesquels elles s’expriment, et ce qu’elles disent de la vie, de la nature et de l’humanité aujourd’hui. » Avec des réflexions et échanges sur le retour des populismes, des ethno-nationalismes et des idéologies de la suprématie raciale (USA, Inde, Brésil, Turquie, Hongrie, Italie …), la réactivation des “communalismes”, l’intensification des “guerres du genre” et des guerres contre les parias de toutes sortes (migrants, étrangers, inconnus, sans-papiers, chômeurs) semblent prendre le dessus sur le projet de fraternité et de sororité universelle.

Le deuxième axe sera consacré à l’exploration des basculements ainsi identifiés. « Pour y parvenir, relève Achille Mbembé et Felwine Sarr, il n’est pas seulement besoin d’un nouveau lexique, ou de nouveaux concepts puisés dans une multiplicité d’archives, de terrains et expériences. Il est urgent que langues, expériences et pensées puissent (se) penser les unes à travers les autres. »

Le monde bascule « dans un temps étrange » donnant « un nouveau régime d’historicité (qui) s’esquisse », pour l’heure difficile à saisir. Il « semble ne déboucher que sur un futur sans garantie et sans promesses », notent les deux chercheurs : « qu’il s’agisse de l’escalade technologique, de l’entrée dans la culture numérique ou de l’émergence de nouveaux modes de calcul intensif, c’est un monde déréalisé prenant à rebours les processus vitaux qui semble se dessiner. »

« L’ultime but de cet effort d’intelligibilité et de lucidité est de voir clair dans le brouillard qui s’épaissit, de défaire l’opposition entre la pensée et la pratique et en cette étrange époque, de participer à la création des conditions favorables à l’épanouissement d’une pensée de la vie et de l’en-commun », concluent Mbembé et Sarr dans la note de présentation d’une édition prévue sur quatre jours. En voici le programme détaillé…

 

Jour 1 — Mercredi 30 Octobre 2019

MUSÉE DES CIVILISATIONS NOIRES DE DAKAR. (MCN)

9H-9H30 : Ouverture par Achille Mbembé et Felwine Sarr

9H30-11H : Session 1 : Vulnérabilités écologiques, vulnérabilités symboliques, ontologies relationnelles

Intervenants : Séverine Kodjo-Grandvaux, Bado Ndoye, Nadine Machikou, Sénamé Koffi

11H30-13H : Session 2 : Mobilités, lieux, espaces

Intervenants : Achille Mbembé, Mehdi Alioua, Elsa Dorlin

15H15-16H45 : Session 3 : Minorités politiques, symboliques et représentation

Intervenants : Fadel Barro, Rokhaya Diallo, Lilian Thuram, Mbougar Sarr

 

Jour 2 — Jeudi 31 octobre 2019

MUSÉE DES CIVILISATIONS NOIRES DE DAKAR (MCN)

9H30-11H : Session 4 : Traces, mémoires, histoire

Intervenants  : Bénédicte Savoy, El Hadji Malick Ndiaye (IFAN), Mati Diop, Felwine Sarr

11H30-13H : Session 5 : Réparations, résilience et dévulnérabilisation

Intervenants : Karima Lazali, Kader Attia, Nafissatou Dia, Christiane Taubira

15H15-16H45 : Session 6 : Génocides, crimes de masse, extrémismes religieux violents et résilience

Intervenants  : Aline Ndenzako, Lori-Anne Theroux-Benoni, Dialo Diop, Françoise Vergès

19H30-21H : représentation théâtrale

CINEMA DE PLEIN AIR EMPIRE À LA MEDINA

Traces par Etienne Minoungou

 

Jour 3 – Vendredi 1er novembre 2019

MUSÉE DES CIVILISATIONS NOIRES DE DAKAR (MCN)

9H30-11H : Session 7 : Identité, folie, soin

Intervenants  : Joseph Tonda, Parfait Akana, Abdourahmane Seck, Angèle Diabang

11H30-13H : Session 8 : Vulnérabilités économiques, sociales et pratiques de dévulnérabilisation

Intervenants : Coumba Dieng Sow, Kako Nubukpo, Emmanuel Ndione, Alioune Sall Paloma

20H30. CONCERT AU THÉÂTRE DE VERDURE DE L’INSTITUT FRANÇAIS DE DAKAR

Rokia Traoré Dream Mandé Djata

 

Jour 4 — Samedi 2 novembre 2019

RAW MATERIAL COMPANY – ZONE B

9H30-11H : Session 9 : Ecritures de soi, pratiques artistiques, instances de la cure

Intervenants  : El Hadji Malick Ndiaye (Seattle), Sammy Balloji, Dorcy Rugamba

11H30-13H : Session 10 : Bâtir, rêver, dire, panser le Monde

Intervenants : Jamila Mascat, Leyla Dakhli, Divine Fuh, Rodney Saint Eloi

19H30-01H : NUIT DE LA PENSÉE (NDLP) : BASCULEMENT DES MONDES

THÉÂTRE DE VERDURE DE L’INSTITUT FRANÇAIS

19H30-19H50 : Keynote introductive Nuit de la Pensée par Souleymane Bachir Diagne

20h-21H30 : Basculement (géopolitique, écologique) des Mondes

Intervenants  : Edwy Plenel, Achille Mbembé, Christiane Taubira, Rama Yade

21H40-23H10 : Chemins imprévisibles de l’Histoire

Intervenants : Laurent Dubois, Yala Kisukidi, Françoise Vergès, Dorcy Rugamba

23H20-00H50 : Un monde commun à inventer

Intervenants : Souleymane Bachir Diagne, Felwine Sarr, Lilian Thuram, Mbougar Sarr

Aboubacar Demba Cissokho

 


Les Ateliers de la pensée sur Internet :
https://www.lesateliersdelapensee.com
https://www.facebook.com/lesateliersdelapensee

Diffusion en direct :
https://www.youtube.com/watch?v=o8FlaBiASbc&feature=youtu.be