Séminaire. Recherches d’esthétique transculturelle 2022-2023

Séminaire de Recherches d’esthétique transculturelle
2022-2023

Dirigé par Bruno CANY et Jacques POULAIN

 

1er semestre

 

Mercredi 19 octobre 2022 à 15h
Salle A2-217 de la Maison de la Recherche
Université Paris 8

Helder SERPA
« La raison privative de la catégorisation du possible »

 

Mercredi 16 novembre 2022 à 15h
Salle A2-329 de la Maison de la Recherche
Université Paris 8

Renata CAMARGO
« L’art et la liberté »

 

Mercredi 14 décembre 2022 à 15h
Salle A2-329 de la Maison de la Recherche
Université Paris 8

Gérard ASTOR
« Le possible artistique du vivre-ensemble au présent »

 

Visioconférence :
https://meet.google.com/mdu-xkyp-uox

Inscription à la lettre d’information du séminaire :
bernd.lehfeld@hotmail.fr

 


 

Mercredi 19 octobre 2022 à 15h
Salle A2-217 de la Maison de la Recherche
Université Paris 8

Helder SERPA
« La raison privative de la catégorisation du possible »

 

Les 14 propositions de ce recueil étudient les modalités d’accomplissement de l’inchoactivité logique relativement aux voisinages des six figures discernables sur un schéma linéaire. Ces écarts repérés par leurs bornes illustrent l’origine protocolaire de la séquentialité. Autrement dit l’état de prérégrinté restreinte qui affecte le sujet logique lors de son actuation effective du sens. Pérégrinté déterminée et limitée, toujours relative à un autre lieu, défini, que celui que son actuation constitue. En utilisant toujours la figure symbolique de la corde à noeuds, et en y définissant des zones (précession, ultériorité et totalité) et des localisations (fondation, médianité et troncature) seront considérés des voisinages séquentiels (Extrait de 120 Propositions dans la raison privative de la catégorisation du possible, Books on demand Editions, 2022).

Herder SERPA se définit comme un manouvrier dans un chantier conceptuel discret, muni d’un outillage rudimentaire et de ténacité, ou encore l’auteur de ce livre et de quelques autres. Pour le reste, homme ayant vécu de bric et de broc, afin de vivre un jour de plus, et ça continue.

 


 

Mercredi 16 novembre 2022 à 15h
Salle A2-329 de la Maison de la Recherche
Université Paris 8

Renata CAMARGO
« L’art et la liberté »

 

Les intérêts théoriques actuels de Renata CAMARGO portent sur le non-thématisable en art : l’amour, la compassion et la vérité tels qu’ils s’expriment dans des périodes historiques étendues. Ses recherches actuelles consistent à retracer la façon dont l’art s’est dégagé de l’esprit dans la transition qu’il a opérée de l’art moderne à l’art contemporain. Professeur associé d’histoire et de théorie de l’art à l’Université Fédérale Fluminense. Membre associé du Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie. Directrice du Centre International des hautes études en esthétique de la culture (CIEEC) créé à São Pedro da Serra dans la région de Rio de Janeiro.

 


 

Mercredi 14 décembre 2022 à 15h
Salle A2-329 de la Maison de la Recherche
Université Paris 8

Gérard ASTOR
« Le possible artistique du vivre-ensemble au présent »

 

Nombre d’artistes ont indiqué qu’un autre rapport est possible entre l’individu et la société, non pas demain mais dans le présent même de leur écriture et de sa mise en usage. Leurs œuvres ont inscrit le possible dans le réel de leur exercice, dans leurs processus de création et d’appropriation, mettant en place dans la pratique d’autres rapports sociaux que ceux qui avaient été imposés à leurs auteurs et spectateurs. Ces œuvres constituent en même temps, par leur ensemble, une vaste métaphore - en tant que tout à la fois figure poétique, forme de pensée et mode opératoire - de ce qui est, dans la société globale, depuis la Cité athénienne, un vivre ensemble possible. Forcément contre, contre ce que Michel Foucault appelle les « dispositifs ».
Sont analysés dans cette intervention et dans une même dynamique la production par Molière de Tartuffe et de Dom Juan en 1664-69, celle des Acharniens par le dramaturge grec Aristophane en -425, du tableau Guernica par Picasso en 1937, et, dans la période contemporaine, l’architecture de Monique Labbé, l’écriture de Gérard Astor, les expériences menées par le Théâtre Jean-Vilar de Vitry avec les agents de la Centrale EDF de Vitry et les compagnies Teatro dei Capovolti et Retouramont.

Gérard ASTOR est Docteur en Études théâtrales (Paris III Sorbonne Nouvelle, jury : Bernard Dort, Jacques Lassalle, Anne Ubersfeld). Ancien directeur du Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine et maître de conférence à Paris V Descartes. Essayiste, dramaturge, auteur notamment de la Trilogie Le Partage des eaux et de Rouge rouges. Membre du Collège de Tunis pour la Philosophie.