Séminaire. Visit beautiful Molussia ! Günther Anders, roman et « phénoménologie ». 1er semestre 2022-2023

Christophe DAVID et Perrine WILHELM
Visit beautiful Molussia ! Günther Anders, roman et « phénoménologie »

 

Séminaire du Collège international de philosophie organisé en collaboration avec l’Université Paris 8 et l’Université Rennes 2.

Jeu 13 oct, Jeu 17 nov, Jeu 24 nov, Jeu 1er déc, Jeu 8 déc, Jeu 12 janv, Jeu 19 janv, Jeu 26 janv (18h-21h)
Maison de la Recherche, Université Paris 8, salle A2-204, 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis (métro ligne 13, station St-Denis Université)
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Lien visioconférence : https://zoom.us/my/perrine.wilhelm
Toute modification sera annoncée sur le site www.ciph.org, rubrique « Modifications de programme ».

 

Sous ce slogan touristique – détournement du titre que Günther Anders a donné à son livre sur la guerre du Vietnam (Visit beautiful Vietnam !) – se cache une invitation à explorer la première philosophie de Günther Anders, auteur que de nombreuses traductions ont désormais rendu lisible en français.
L’hypothèse de ce séminaire est que La Catacombe de Molussie contient la philosophie d’Anders. Ce qui s’y joue, c’est la relève de la philosophie comme système par le roman comme forme capable de dire sinon la totalité, du moins une totalité. Le roman du philosophe de l’« homme sans monde » est un roman-monde. La Molussie vise à dire non pas la totalité du monde réel, mais à dire une totalité, d’où la substitution de la Molussie à l’Allemagne.
La Molussie est un pays complet avec une langue, une histoire économique et politique, des mœurs, une mythologie : elle est comme un double littéraire de la réalité qui permet au moraliste d’analyser celle-ci avec la plus grande des libertés.
Matrice littéraire de la philosophie d’Anders, la Molussie est une réserve de concepts, de thèses et de raisonnements dans laquelle Anders pioche régulièrement et une écriture. C’est une philosophie qui a déserté les bancs du systématisme (universitaire) et s’écrit d’abord comme un hybride de métaphysique et de littérature. Transcendantal littéraire de la philosophie d’Anders, La Catacombe de Molussie rend possible et contient la question de l’obsolescence de l’homme qui ordonnera la pensée d’Anders à partir de 1956.
Ce séminaire se propose d’explorer La Catacombe de Molussie comme le lieu du « tournant » de la philosophie de Günther Anders, celui où, porté par l’élan vers le concret de l’anthropologie philosophique, il articule sa « phénoménologie » à l’histoire et à la politique et prépare la philosophie à devenir un hybride de métaphysique et de journalisme. Quand la phénoménologie rejoint le réel (politique).

 

Intervenants :

  • Jeudi 13 octobre : Perrine Wilhelm, Université Paris 8 et Christophe David, Université Rennes 2, ouverture
  • Jeudi 17 novembre : Jean-Paul Engelibert, Université Bordeaux Montaigne : « La Catacombe de Molussie » et la tradition utopique ; Fréderik Detue, Université de Poitiers : Anders « fabuliste réaliste » : art de l’allégorie et politisation de la littérature dans « La Catacombe de Molussie »
  • Jeudi 24 novembre : Felipe Catalani, Universidade de São Paulo : La littérature et l’homme. Le concept anthropologique de fiction de Günther Anders
  • Jeudi 1er décembre : Sonia-Dayan Herzbrun, Université Paris Cité : Être enfermé et transmettre
  • Jeudi 8 décembre : Perrine Wilhelm et Christophe David : Günther Anders, romancier après « La Catacombe de Molussie »
  • Jeudi 12 janvier : Laëtitia Riss, Université de Namur : Les lumières souterraines de l’utopie : éclairer « La Catacombe de Molussie » ; Michaël Devaux, Université de Caen : Les maximes de Molussie
  • Jeudi 19 janvier : Bruce Bégout, Université Bordeaux Montaigne : Anders, Kraus et Klemperer. Comment dire l’ignoble ? ; Jason Dawsey, National World War II Museum’s Institute for the Study of War and Democracy, New Orleans : De l’antifascisme à la critique de la technologie. Quelques réflexions sur la place occupée par « La Catacombe de Molussie » dans l’œuvre entreprise par Anders après-guerre
  • Jeudi 26 janvier : Perrine Wilhelm et Christophe David, finale
 

 

Collège international de philosophie
https://www.ciph.org